Le Décaméron de BOCCACE

Ouvrage magistral de la littérature italienne du XIVème siècle. Pourquoi passerais-je à côté d’un tel livre !

Synopsis

Fuyant la peste qui décime Florence en 1348, sept jeunes filles et trois jeunes gens trouvent refuge dans une somptueuse villa toscane. Pendant dix jours, ponctués de concerts, de fêtes et de banquets, chacun s’efforcera de divertir quotidiennement les autres par l’invention d’un conte. Ni l’émotion ni le tragique ne sont absents de ces cent récits, mais la tonalité d’ensemble, on le sait, est plutôt la galanterie, une galanterie prompte, naturelle, expéditive, peu portée en tout cas aux longs soupirs.

Mon avis

Beaucoup de choses à dire à propos de ce livre. Concernant mon avis personnel de cet ouvrage, je dirais qu’il est vrai que c’est une petite brique, écrit tout petit (dans ma propre édition). A première vue, je ne pensais pas le lire avant un moment, mais j’ai tenté. Et tant mieux pour moi car il est très bien construit.

Je m’explique. Le Décaméron est un ensemble de 100 nouvelles. L’histoire est celle de 10 personnages qui vont chacun raconter un récit tous les jours pendant dix journées consécutives. Ces amis fuient la peste qui s’étend en Italie. Trois jeunes garçons et sept filles se retrouvent donc loin de la ville et pour tromper l’ennui, ils se racontent des historiettes soit inventées, soit tirées de dire de la société. Tous les jours, un roi ou une reine est désignée pour mener à bien les discours et il ou elle choisit un thème principal pour la journée.

On n’a donc pas le temps de s’ennuyer sur une histoire car elles sont construites comme des nouvelles où le sujet est vite mené. On prend plaisir à se retrouver parmi eux et à contempler les moments de vie de personnage durant la Renaissance. On a l’impression d’entendre parfois des potins, comme si nous étions des privilégiés, réellement intégrer dans leur cercle. Certains de ces personnages reviennent au fil du temps et nous apprenons à les connaître ou les reconnaître.

Boccace voulait amener le lecteur sur des sujets variés mais qui tournent quand même autour de la galanterie, des joies et déceptions de l’amour. L’auteur souhaite une lecture plaisante, sans règles et surtout sans dureté, en opposition à celles imposées par l’église, qui est très critiquée dans les récits. On verra donc, dans le Décaméron, l’amour sous toutes ses formes : du plus galant au plus osé, en n’oubliant aucune classe sociale. Le fait de travailler sur des nouvelles, donc un récit court, permet une analyse très précise de son monde et une critique profonde de l’Histoire. C’est par toutes ses variations et la justesse des traits des personnages que Boccace fait de ces récits et de son oeuvre, un livre majeur.

Ecrit entre 1349 et 1353

724 pages

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s